enfant
Les Tumulus

Dessin de tumulus

 

 

Les tumulus sont érigés dans une boucle de la rivière Bougon, sur un plateau calcaire surplombant d'une dizaine de mètres les vallées du Pamproux au Nord et de la Sèvre Niortaise au Sud.

 

 

 

L'histoire des fouilles


dessin de fouillesLe cadastre de 1819 montre une série de parcelles rectangulaires, à l'emplacement des tumulus, au lieu dit "les Chirons".
Deux des tertres, vraisemblablement le A et le C sont indiqués s'étendant sur plusieurs parcelles.
Au début du 19ème siècle, le caractère funéraire des chirons, en patois "tas de pierres" n'est pas encore identifié.
Les zones périphériques étaient cultivées, elles le seront d'ailleurs jusqu'au début de ce siècle.

A partir de 1840, Charles Arnault s'intéresse à ces monuments et entreprend des fouilles, au nom de la Société de Statistique, Sciences, Lettres et Arts du département des Deux-Sèvres.
Il est aidé par Mr. Baugier et par le Dr. Sauzé de La Mothe Saint-Héray.

Le 2 avril 1840, le dolmen du tumulus A est découvert. Intact, il fournit une grande quantité de matériel et sa description nous apporte de précieux renseignements.
La même année, des sondages réalisés dans le tumulus E révèlent l'existence d'une enceinte formée de pierres et permettent la découverte d'ossements humains ainsi qu'un peu de matériel archéologique (céramique, outils en silex, parures...).
Une tranchée sera également pratiquée dans le tumulus F, elle mettra en évidence la dalle de couverture effondrée mais ne fournira que quelques objets (ossements, poteries).

En 1845, après une tentative infructueuse menée par des membres de la Société des Antiquaires de l'Ouest, le Dr Sauzé reprend les recherches et découvre les parements du tumulus C ainsi que la chambre funéraire.
Les autres structures ne seront pas identifiées.

En 1873, le Conseil départemental des Deux-Sèvres décide d'acheter les parcelles contenant le tumulus A, puis les terrains formant l'actuelle superficie de 2 ha, seront définitivement réunis en 1878, par l'achat des dernières parcelles, négociées par le Dr Sauzé.

En 1888, sur une proposition du Préfet du département la nomination d'un gardien en vue "de protéger contre les dépravations la propriété départementale dite Tumulus de Bougon" est décidée.

De 1895 aux fouilles de 1968, les tumulus ne feront l'objet d'aucune recherche, même si l'intérêt porté depuis 1955, à ces monuments semblait connaître un renouveau.

De nouvelles fouilles seront entreprises à partir de 1968 par Claude Burnez, puis, de 1972 à 1987, sous la direction de J-P. Mohen.

Retour au sommaire
 

 

Le Tumulus A

 

Tumulus ALe tumulus A est constitué d'un grand tertre hémisphérique d'environ 40 mètres de diamètre et limité par un triple parement concentrique.
Construit au début du IVème millénaire av. J.C., le monument a été réutilisé au cours du IIIème millénaire av. J.C.

A l'intérieur, le tumulus renferme une chambre sépulcrale de grande taille (7,80 mètres de long, 5 mètres de large et 2,25 mètres de hauteur) construite avec soin.
Les piliers, formant les parois de la chambre, sont parfaitement bouchardés et équarris.

Placés légèrement de biais et disposés en Altern1ance avec des murets de pierres sèches, ils soutiennent une dalle unique de 90 tonnes qui recouvre l'ensemble de la pièce.
Au centre de la chambre deux piliers partagent l'espace en deux.

Lors des fouilles de 1840, 200 squelettes disposés en trois couches séparées par un dallage ont été découverts.
L'imprécision de la fouille nous empêche de savoir aujourd'hui si les trois couches sont attribuables à la période de réutilisation du monument au IIIème millénaire av. J.-C. comme l'indique l'abondant matériel découvert (céramiques à fond plat et rond, perles, dents perforées, colliers en coquillages, outillage lithique ainsi qu'une hache-marteau perforée en diorite), ou si la couche inférieure datait de l'époque de construction du tumulus au début du IVème millénaire.
Tumulus A intérieurLes nouvelles fouilles ont montré que le sépulcre avait été condamné relativement peu de temps après sa construction.
Le couloir avait été obstrué par un bouchon de pierre. A la base de celui-ci fut découvert le crâne d'un homme portant une triple trépanation.
Quelques tessons ont également été trouvés en façade devant le parement.
Ceci semble indiquer que le monument continuait d'être fréquenté, et probablement l'objet d'un culte même après la fermeture du sépulcre.

Près d'un millénaire après cette condamnation, d'autres hommes sont venus déposer leurs morts.
Ne trouvant pas l'entrée dissimulée du couloir , mais connaissant l'existence d'une chambre funéraire à l'intérieur du tumulus, ils ont accédé à la chambre directement par le haut du tertre.

Retour au sommaire

Le Tumulus B

 

Tumulus BLe tumulus B est une construction de 36 mètres de long et de 8 mètres de large,
avec une orientation approximative Est-Ouest. Il ne mesure plus aujourd'hui qu'un mètre de hauteur. Des tessons de céramique décorés au doigt trouvés à proximité du tumulus indiquent que le site était déjà fréquenté par les hommes au début du Vème millénaire av. J.C.
A l'Ouest du monument,
deux petits dolmens angoumoisins à chambre quadrangulaire ont été bâtis dans la première moitié du IVème millénaire av. J.-C. Les couloirs assez courts s'ouvrent au Sud-Est.. Ces dolmens sont construits en dalles monolithes parfaitement régularisées.
A l'extrémité Est du tumulus
deux petits coffres archaïques ont été dégagés lors des fouilles en 1978. Constituées de pierres de petite taille et placées au centre du monument ces deux structures n'ont livré aucun matériel archéologique. Il est possible que ces coffres soient à placer en relation avec les tessons impressionnés de la fin du Néolithique ancien trouvés à proximité du tumulus.
Chambre B1 :
Ouverte au Sud par un couloir long de 2 mètres 20, la chambre de 2 mètres sur 1 mètre 50, est formée de quatre dalles jointives. L'une d'entre elles porte un crochet sculpté sur sa face. Une cinquième dalle recouvre l'ensemble de la pièce. Peu de matériel fut recueilli dans cette chambre, probablement vidée et réutilisée au IIIème millénaire av. J.C.
Chambre B2 :
La fouille de la chambre B2 a révélé une disposition très particulière des ossements. Une dizaine de calottes crâniennes ont été découvertes retournées et alignées sur deux rangées. Plusieurs os longs leur étaient associés. L'interprétation de telles découvertes reste délicate. Il peut s'agir d'une sépulture secondaire dans laquelle seuls quelques ossements ont été déposés comme des reliques.

Retour au sommaire

Le Tumulus C

 

 
Tumulus CLe tumulus C est un des tertres les plus complexes de la nécropole.
Il comporte deux structures datées du IVème millénaire av. J.C., recouvertes par la suite d'une grande chape de terre.

Tumulus C1

Le premier tumulus, de forme hémisphérique, mesure environ 24 mètres de diamètre, pour une hauteur de près de 4 mètres.
Sous cette masse de pierre et de terre se trouve un petit dolmen à l'architecture très soignée.
Quatre dalles parfaitement jointives limitent la chambre rectangulaire (2 m. de long et 1,45 m. de large) et supportent la table de couverture. Une 6ème dalle forme le sol.
Le couloir est orienté à l'Ouest.
Sur le pilier Nord du dolmen, trois crochets , très semblables à ceux présents dans les tumulus B1 et F2, ont été sculptés.
La chambre contenait quatre squelettes, dont celui d'une vieille femme, accompagnés de quelques offrandes (céramiques, silex taillés).

Tumulus C2

Dans une seconde phase de construction, une grande plate-forme rectangulaire de 40 m de long et de 20 m de large, limitée par un haut mur de parement, a été accolée au tumulus circulaire.
Ne comportant pas de chambre sépulcrale, elle garde toutefois une référence funéraire : trois sépultures doubles comportant les restes d'un enfant et d'un adulte ont été découvertes devant les parements Nord, Ouest et Sud.
Des indices laisseraient penser qu'une quatrième sépulture aurait existé à l'Est.
Par ailleurs devant le parement Ouest une seconde sépulture a été découverte.
Elle renfermait les ossements en position fortement contractée d'un enfant de 8-9 ans.

Tumulus C3

Lors d'une ultime phase de construction, les deux premiers tumulus C1 et C2 ont été recouverts par une énorme masse de terre et de pierre de 57 mètres de diamètre dans laquelle aucune chambre sépulcrale n'a été aménagée.
Cette dernière construction s'apparente aux structures de condamnation identifiées à Gavrinis dans le Morbihan, où semble-t-il après la fermeture du sépulcre l'ensemble du tumulus a été dissimulé sous une chape de sable et de pierre.

Retour au sommaire

Le Tumulus D

 

Le tumulus D est une structure énigmatique.
Il se présente comme une longue construction étroite, d'environ deux mètres et longue de plus de 35 mètres, montée en pierres sèches et présentant un double parement.
Orienté Nord/Sud, ce mur partage la nécropole en deux parties, avec à l'Est, les tumulus A, B et C, et à l'Ouest, les tumulus E et F.
Quelques découvertes effectuées le long de la structure (pic en bois de cerf) attribuent la construction de ce monument au Néolithique.

Retour au sommaire

Le Tumulus E

 

Tumulus EAvec le tumulus F0, le tumulus E est le monument le plus ancien de la nécropole, daté par le radiocarbone à - 4720 ans av. J.C.

Le tumulus se présente sous la forme d'un tertre, approximativement rectangulaire de 22 mètres de longueur sur 10 mètres de largeur.
Un double parement de pierres sèches cerne l'ensemble du monument.
A l'intérieur, le tumulus renferme deux dolmens à couloir. A l'origine, les deux chambres étaient rondes et recouvertes d'une fausse voûte en encorbellement.

Chambre E1

La première chambre est circulaire et mesure trois mètres de diamètre.
Elle est construite en pierres sèches, et limitée à l'intérieur par onze dalles dressées.
Cette disposition rappelle la chambre en encorbellement du tumulus des Cous à Bazoges-en-Pareds en Vendée.
Ces dalles sont placées dans une rainure creusée le long du mur en pierre.

La fouille a livré les restes de cinq à six individus ainsi que des vases à fond rond, des outils en silex, des parures (dents d'animaux perforées et polies).

Chambre E2

Le dolmen E2 a fait l'objet, lors d'une seconde occupation au IVème millénaire av. J.C., d'une transformation de la chambre en plan rectangulaire.
Ce changement témoigne ainsi de l'antériorité des formes rondes sur les formes quadrangulaires.
Le matériel archéologique recueilli consiste essentiellement en armatures de flèches, couteaux, grattoirs. Les poteries sont à fond rond et mal cuites.

Retour au sommaire

Le Tumulus F

 

Tumulus FLe tumulus F est le monument le plus grand de la nécropole.
Il est constitué d'un tumulus trapézoïdal long de 72 mètres, large de 12 mètres au Sud et de 16 mètres au Nord avec une hauteur moyenne de 3 mètres.
Le tumulus est bordé à l'Ouest par une longue carrière, aujourd'hui comblée, dans laquelle ont été extraites les petites pierres nécessaires à l'édification du tertre.

 

Le monument est formé de trois parties chronologiquement distinctes.
La première à l'extrémité Sud est vraisemblablement la plus ancienne. Elle se compose d'une construction ronde appelée F0 comportant une chambre sépulcrale circulaire.
Au centre se trouve un long tumulus (F1) accolé à la première structure mais dépourvu de toute chambre funéraire.
A l'extrémité Nord, un troisième tumulus appelé F2 achève la construction de l'ensemble.

Tumulus F0

Tumulus F0Ce monument est l'un des plus anciens connus le long de la façade atlantique.
Il a été construit dans la première moitié du Vème millénaire av. J.C. et réutilisé par la suite au IIIème millénaire av. J.C.

En 1977, la fouille du tumulus F0 a révélé la base d'un tertre hémisphérique contenu dans un triple parement concentrique, renfermant une chambre ronde, d'un diamètre de 2 m 50, montée en pierres sèches et fermée par une fausse voûte en encorbellement.

A l'intérieur du sépulcre, la première couche d'occupation, datée de - 4700 av. J.C., a livré les ossements perturbés d'une dizaine d'individus dont la moitié étaient ceux d'enfants.
Les offrandes sont peu nombreuses, elles se limitent à deux céramiques à fond rond, six poinçons en os, une pendeloque (dent de loup perforée), un percuteur et des outils de silex.
Les objets reposaient à côté des squelettes sur un dallage épais de 30 centimètres constitué de plaquettes de pierre disposées à plat, elles-mêmes posées sur une couche d'argile rouge recouvrant le sol naturel.
La seconde couche d'occupation reposait sur les pierres de l'encorbellement effondré. A la jonction des deux tumulus F0 et F1, une sépulture individuelle plus tardive avait été aménagée.

Tumulus F1

Le long tumulus central ne contient aucune chambre sépulcrale. Il est composé d'une série de massifs quadrangulaires juxtaposés et reliés entre eux par plusieurs parements extérieurs qui ceinturent et maintiennent le monument.
A l'intérieur du tertre les murets de parement se prolongent jusqu'à la base du monument formant une véritable structure interne renforcée par des murs de refend.
Le haut du tumulus est souligné par une ligne dorsale, formée par le sommet des deux longs murs rectilignes centraux qui structurent et rigidifient le monument.

Dans la masse du tertre trois sépultures (un homme, une femme et un enfant) ont été retrouvées.

Tumulus F2

Tumulus F2Le tumulus F2, plus tardif, a été construit à l'extrémité Nord du tumulus F1.
Il est daté du début du IVème millénaire av. J.C. et réutilisé par de nouveaux occupants au cours du IIIème millénaire av. J.C.
Le tertre comprend une chambre funéraire carrée d'environ 5 mètres de côté et de 2 mètres de haut fermée par une dalle unique pesant 32 tonnes.
Celle-ci fut vraisemblablement extraite à plus de 4 km de la nécropole près de la commune d'Exoudun où affleure ce type de roche, le Bathonien à silex.

A l'origine, la chambre devait être limitée par une Altern1ance de grandes dalles bouchardées et de murets de pierres sèches.
Un des orthostats comporte sur le côté une rainure bouchardée qui permettait d'ajuster parfaitement une seconde dalle, et sur le devant un "crochet" sculpté comparable à ceux du dolmen du tumulus C.

Malheureusement, la chambre n'a livré que peu de matériel. Il se limite à des fragments de céramique, quelques rares éléments de parures (perles) et des outils de silex.

Retour au sommaire

Contact

Musée des Tumulus de Bougon
La Chapelle
79800 BOUGON
Tél. :  05 49 05 12 13

Suivez le Musée de Bougon sur Facebook